Apprendre à écrire à la main constitue un double défi : l’élève doit apprendre l’orthographe des mots tout en apprenant à tracer correctement les lettres qui constituent ces mots. L’insertion massive des tablettes numériques dans les établissements scolaires et dans les foyers induit un changement considérable sur la pratique de l’écriture manuscrite. Quel est l’impact réel de ces nouvelles technologies sur son apprentissage à l’école ? Faut-il maintenir l’apprentissage actuel de l’écriture manuscrite ? Si oui, comment ces tablettes peuvent-elles aider à l’apprentissage de l’écriture manuscrite ou au diagnostic et à la rééducation de ses troubles ? Il est par exemple possible de modifier en temps réel l’encre digitale laissée par le stylet sur l’écran de la tablette ou encore d’ajouter des informations sonores virtuelles sur le mouvement d’écriture. Cette conférence sera l’occasion de vous présenter les travaux menés actuellement au sein de notre équipe, en particulier sur la méthode de « sonification » de l’écriture. D’un point de vue (ré-) éducatif, l’intérêt est de transformer les variables « cachées » de l’écriture, qui ne se voient pas lors de l’inspection de la trace écrite, en information sonores afin de les rendre perceptibles et utiles pour les scripteurs débutants ou en difficulté. D’un point de vue neuroscientifique, la question est de savoir dans quelle mesure notre cerveau intègre ces informations multisensorielles, à la fois visuelle, proprioceptive, tactile et auditive, pour apprendre à écrire.

Jérémy Danna est chargé de Recherche au CNRS, Laboratoire de Neurosciences Cognitives